Présentation du programme

Le Programme d’accompagnement au retour à domicile (PRADO) a été initié par l’Assurance Maladie en 2010 sur le secteur maternité. L’objectif du PRADO Maternité est de permettre aux femmes ayant accouché d’un enfant unique sans complication de bénéficier d’un suivi à domicile assuré par une sage-femme libérale à leur sortie d’hospitalisation.

Le PRADO s’adresse aux couples mère-enfant à bas risque médical, psychique et social. Les couples mère-enfant présentant des pathologiques ou des facteurs de risque doivent bénéficier d’un suivi et d’un accompagnement médical et/ou social spécifique et complémentaire ne rentrant pas dans le cadre du PRADO.

Des durées de séjour standard on été définies par accord d’experts comme étant des durées d’hospitalisation en maternité de 72 à 96 heures après un accouchement par voie basse et de 96 à 120 heures après un accouchement par césarienne.

La notion de sortie de maternité dans des conditions optimales repose sur plusieurs concepts :

  • Intérêt de la mère et de l’enfant (souhait de la mère ou du couple, retour à domicile dans des conditions environnementales et sociales favorables et selon indication médicale)
  • Délai d’adaptation du nouveau-né à la vie extra-utérine pour s’assurer de l’absence de risque (ou d’un risque limité) de complications pour l’enfant
  • Maintien d’une organisation et d’un circuit pour les tests de dépistage néonatals qui ont fait la preuve de leur efficacité
  • Utilisation des ressources de santé disponibles au niveau local, en privilégiant l’organisation en réseau

 

Critères d’éligibilité

Les critères d’éligibilité au PRADO après un séjour de durée standard ont été établis par l’HAS :

  • Critères pour la mère
    • Âgée d’au moins 18 ans
    • Accouchement unique
    • Absence de handicap psychique, vulnérabilité psychique ou sociale, conduites d’addictions et dépendances sévères (instabilité psychique, antécédents de dépression du post-partum, prise de psychotropes, lien mère-enfant perturbé, manque d’autonomie pour réaliser les soins de base, déficience mentale, …)
    • Absence de co-morbidité
      • Absence de pathologie chronique mal équilibrée
    • Absence de complications
      • Absence de complications ou pathologies nécessitant une observation ou un traitement médical continu
      • Si hémorragie du post-partum, celle-ci a été contrôlée et traitée si nécessaire
      • Absence d’infection évolutive ou de signes d’infection
      • Douleur contrôlée
    • Critères pour le nouveau-né
      • Nouveau-né à terme ≥ 37 SA, singleton et eutrophe
      • Examen clinique normal réalisé impérativement 48 heures après la naissance et avant la sortie
      • Température axillaire entre 36 et 37°C ou centrale entre 36.5 et 37.5°C
      • Alimentation établie (si allaitement maternel, observation d’au moins deux tétées assurant un transfert efficace de lait reconnu par la mère), urines et selles émises, transit établi
      • Perte de poids < 8 % par rapport au poids de naissance
      • Absence d’ictère nécessitant une photothérapie selon la courbe d’indication thérapeutique et mesure de la bilirubine transcutanée ou sanguine à la sortie rapportée au nomogramme (groupes à bas risque d’ictère sévère et risque intermédiaire bas)
      • Absence d’éléments cliniques ou paracliniques en faveur d’une infection
        • Si facteurs de risque d’infection, prélèvements biologiques et bactériologiques récupérés et négatifs
      • Dépistages néonatals réalisés à la maternité
      • Suivi du post-partum après la sortie planifié
        • Un rendez-vous est pris avec le professionnel référent du suivi dans la semaine suivant la sortie, si possible dans les 48 heures suivant cette sortie

 

Visite par la sage-femme libérale

Le contenu des visites prévues dans ce programme a été élaboré en cohérence avec les missions de la sage-femme relatives au suivi mère-enfant dans les suites d’accouchement, c’est-à-dire l’accompagnement du couple mère – enfant et la continuité de la prise en charge, la réalisation d’un diagnostic et l’indication d’une stratégie de prise en charge.

 

La première visite a lieu si possible dans les 24 à 48 heures suivant la sortie de la maternité, et au plus tard dans les 7 jours. La deuxième visite est recommandée et planifiée selon l’appréciation de la sage-femme qui assure le suivi. Ces deux rendez-vous sont fixés en concertation avec la mère. Si lors de ces deux visites consécutives aucune anomalie n’est repérée ni chez la mère ni chez le nouveau-né, les visites de la sage-femme sont arrêtées.

 

Contenu de la visite

  • Concernant la mère
    • Etat général
    • Etat obstétrical, dont cicatrisation du périnée ou césarienne
    • Recherche d’une infection du post-partum (infection urinaire, endométrite, mastite, veinite, …)
    • Recherche d’un risque thromboembolique et/ou hémorragique
    • Etat psychologique dont le baby blues et la dépression du post-partum
    • S’il y a lieu et si non réalisé durant le séjour en maternité : vaccination (coqueluche, rubéole, grippe, …), injections immunoglobulines ainsi qu’information et/ou prescription contraception
    • Si la femme a arrêté de fumer pendant sa grossesse, la soutenir et valoriser les bienfaits de l’arrêt ; évaluer les envies de fumer et les façons de les gérer
  • Concernant le nouveau-né
    • Etat général, surveillance du poids, tonus, éveil, contact
    • Recherche de signes de déshydratation, de vomissements, d’efficacité de la succion
    • Recherche du risque d’ictère (coloration et, si besoin, mesure de la bilirubine transcutanée ou sanguine)
    • Surveillance du risque infectieux : température (hypo ou hyperthermie), infection du cordon, fréquence respiratoire, troubles hémodynamiques
    • Recherche de risque de cardiopathie (auscultation et perception des pouls fémoraux)
    • Supplémentation en vitamine D et en vitamine K en cas d’allaitement maternel exclusif
    • Dépistage néonatal : s’assurer qu’il a été effectué et à défaut procéder à son organisation en lien avec la maternité concernée
  • Evaluation de la relation mère-enfant
    • Il est indispensable de s’assurer de la bonne instauration du lien dans le couple mère-enfant en appréciant la qualité des interactions entre la mère et le nouveau-né, de rechercher les éléments prédisposant à une altération de ce lien et de proposer si nécessaire une évaluation psychologique en se référant à d’autres professionnels.
  • Evaluation de la nécessité du soutien à l’allaitement
    • Les problèmes liés à l’allaitement : perte de poids supérieur à 7% du poids de naissance avec une déshydratation sévère du nouveau-né, apparition d’une forme grave d’un ictère, de vomissements, succion déficiente retardant la montée de lait font l’objet d’une vigilance permanente de la sage-femme ;
    • La mère qui allaite doit être à même de reconnaître les manifestations d’éveil du nouveau-né afin de donner le sein aussitôt et de vérifier la réalité du transfert du lait ;
    • Pour les femmes fumeuses qui n’ont pas arrêté pendant la grossesse, l’allaitement maternel peut être une motivation supplémentaire à l’arrêt.

 

Sources : ameli.fr, 23/03/2018, HAS, 23/03/2018, HAS, 23/03/2018